Cédric Mainil

Partagé entre mon goût pour la littérature, le théâtre, la pédagogie et l’informatique, je n’ai pas pu choisir. Certains y voient un lien avec mon signe astrologique, la Balance, que l’on qualifie souvent d’éternelle indécise.

C’est ainsi que mes études d’abord, en Latin / Mathématique, puis mon métier, successivement comme professeur de collège en français et ensuite comme analyste programmeur, ont continué à cultiver ce double attrait que je justifiais souvent devant mes amis par cette boutade : «  L’informatique ou le français, cela reste du langage ! »…

Adolescent, un de mes loisirs favoris fut sans conteste mes longues parties de jeu de rôles. Ceux-ci me propulsaient dans des univers fantasmagoriques ou le Maître du jeu me faisait vivre des aventures intenses des heures durant.

Univers littéraire également, dans lequel j’ai plongé avec assiduité. Tolkien et Asimov, pour ne citer qu’eux, hantèrent mes nuits et leurs ouvrages s’empilaient sur ma table de chevet.

Je m’en voudrais pourtant de ne pas me remémorer également, mes diverses aventures en théâtre amateur, de Plaute à Musset en passant par le Théâtre action avec Jean Louvet.

Au niveau professionnel, l’arrivée des TICE devint mon nouveau cheval de bataille dès la fin de mes études. Mon travail de fin d’études s’intitulait d’ailleurs : « La bibliothèque virtuelle » …

Nous étions en 2001.

Depuis quelques années, j’ai la chance de pouvoir former les enseignants en Fédération Wallonie Bruxelles, avec des thèmes variés autour des nouvelles technologies et des innovations pédagogiques.